Language switcher

Le système de santé apprenant ACTE

 

Qu’est-ce que le système de santé apprenant ACTE? 

L’apprentissage et la croissance continus sont des caractéristiques d’un système de santé apprenant. Un tel système réunit les informations de la pratique et de la recherche en vue de les transmettre aux équipes d’une façon utile et significative. Cela engendre des changements dans la pratique qui améliorent les soins. Les participants à un système de santé apprenant recueillent, partagent et utilisent des informations en temps réel pour orienter les soins et optimiser la prise de décisions. Ce cycle entraîne une amélioration de l’expérience des clients; de la santé et du bien-être des personnes, des communautés et des populations; de la satisfaction et de la joie au travail au sein des équipes de soins de santé; et de l’efficacité et de la durabilité du système de santé. Partout dans le monde, cette approche envers l’apprentissage et l’amélioration est de plus en plus reconnue comme un impératif pour de meilleurs soins de santé. 

En 2015, l’Alliance a lancé une démarche pour un système de santé apprenant. Une étape importante de cette démarche a été franchie en octobre 2020 alors que notre système de santé apprenant a reçu l’approbation du réseau des directeurs généraux. C’est alors que celui-ci, ACTE (amélioration, connaissances, transformation, équité) a vu le jour.

Notre système de santé apprenante est lié à de nombreux projets et programmes de l'Alliance, notamment :

Tous les systèmes de santé apprenants suivent un cycle d’apprentissage similaire : des données pertinentes sont réunies et analysées; les résultats sont interprétés et transmis avec une rétroaction adaptée; et des mesures sont prises pour changer ou améliorer les pratiques. De nouvelles données sont générées et le cycle recommence (voir la figure 1).  

Malgré ces éléments communs, il n’y a pas une seule structure pour un système de santé apprenant. Il en existe plutôt diverses formes à diverses échelles. Le caractère unique des organisations membres de l’Alliance se retrouvera aussi dans le système de santé apprenant que nous créerons ensemble : il reposera sur notre engagement commun envers l’équité en santé et le Modèle de santé et de bien-être.

 Nous communiquons sur les activités et la recherche d'ACTE via notre eBulletin hebdomadaire Alliance, EPIC News et notre bibliothèque de recherche ((disponible en anglais seulement).

 

 A circle is divided into sections containing text that reads "Assemble relevant data," "Analyze data," "Interpret results," "Deliver tailored feedback," "Take action to improve."

Il existe de nombreuses façons de participer à notre système de santé apprenant. En voici quelques-unes : 

  • Recueillir des données sociodémographiques.

  • Mener des sondages auprès des clients (MRDP, MEDP).

  • Partager vos données de pratique et sociodémographiques avec l’Alliance, nos réseaux d’apprentissage fondé sur la pratique (ACTE et ORACLE) et nos partenaires de recherche (ICIS et ICES). Si vous avez signé les ententes de partage de données, les données de pratique et sociodémographiques de votre système de DMÉ seront automatiquement partagées par BIRT.

  • Collaborer avec votre équipe et le spécialiste régional au soutien à la prise de décisions pour cerner des possibilités d’amélioration.

  • Participer à la facilitation des pratiques et au perfectionnement professionnel.

  • Transmettre vos apprentissages à vos pairs et à vos partenaires des ÉSO.

  • Collaborer avec des pairs par des communautés de pratique.

  • Favoriser la participation des cliniciens et des fournisseurs à notre réseau d’apprentissage fondé sur la pratique. 

 

Éléments de notre système de santé apprenant

Pour terminer le cycle continu d’apprentissage, nous devons nous engager à utiliser les connaissances acquises pour assurer une rétroaction adaptée et une amélioration significative de la qualité. Nous y arriverons en ayant recours à de nouveaux outils et en modifiant et adaptant ceux qui sont existants. Les éléments ci-dessous sont les moteurs de notre système de santé apprenant.  

Stratégie de gestion de l’information

Le système de santé de l’Alliance sera fondé sur ce que nous avons déjà établi, notre système de gestion de l’information (SGI). Le SGI est un programme créé et dirigé par les membres de l’Alliance et soutenu par le personnel de l’Alliance. Il fournit les outils et les ressources pour aider chaque organisation à recueillir, gérer, analyser et partager ses données. Nos membres recueillent des données individuelles par notre système commun de dossiers médicaux électroniques (DMÉ). Ces données sont compilées dans notre Business Intelligence Reporting Tool (BIRT), une solution logicielle de stockage de données qui permet l’agrégation et l’analyse de données de pratique recueillies des organisations membres de l’Alliance de l’Ontario sans effort additionnel pour les fournisseurs ou les équipes. Grâce à BIRT, nos membres sont en mesure de partager des données de pratique pour l’ensemble du secteur avec des partenaires de recherche comme ICES et ICIS. Le SGI protège les renseignements confidentiels des clients en offrant des outils et des formations pour assurer la confidentialité et la sécurité.

L’Alliance et ses organisations membres analysent les renseignements recueillis par BIRT, de façon collective ou pour chaque équipe individuelle, pour se renseigner sur la qualité et l’efficacité des soins fournis par le secteur. Les coordinateurs de la gestion des données, les cliniciens et les gestionnaires de chaque équipe analysent et interprètent les informations de leur propre pratique pour cerner les forces et les possibilités. Il s’agit des trois premières étapes du cercle de la figure 1 : réunir des données importantes; analyser les données; et interpréter les résultats. Pour conclure le cycle continu de l’apprentissage, notre secteur doit s’engager à utiliser les connaissances acquises pour assurer une rétroaction adaptée et une amélioration significative de la qualité.

Orientation stratégique

Dans le cadre de cette transition vers un système de santé apprenant, le Comité pour l’amélioration, les connaissances, la transformation et l’équité (ACTE), un comité dirigé par des membres et anciennement le comité pour la gestion du rendement, reçoit maintenant l’assistance de la directrice de la recherche et de l’évaluation de l’Alliance, Dre Jennifer Rayner. Elle est titulaire d’un doctorat en épidémiologie de l’Université Western et travaille depuis longtemps dans le secteur des soins de santé primaires communautaires. Avant de travailler pour l’Alliance, elle fut analyste de données pendant 13 ans au Centre de santé intercommunautaire de London et elle a apporté du soutien à la prise de décisions à des CSC de l’Ontario pendant huit ans.

Le comité ACTE définit l’orientation des efforts pour notre système de santé apprenant. Sa priorité est d’encadrer les activités d’amélioration de la qualité. Il collabore étroitement avec le conseil consultatif sur la recherche (CCR) pour choisir des recherches selon leur potentiel à engendrer des soins plus équitables. Le comité ACTE favorise aussi la participation clinique dans l’apprentissage et l’amélioration de la qualité par le réseau d’apprentissage fondé sur la pratique ACTE.

En se basant sur le Modèle de santé et de bien-être et sur notre cadre d’évaluation, le comité ACTE établira des stratégies, des questions et des indicateurs pour évaluer l’efficacité du système de santé apprenant. Le comité promeut et oriente la rédaction de rapports et de contenu pour le tableau de bord personnalisé, et il fournit une orientation générale pour les efforts visant l’amélioration de la qualité.

Le comité de la gestion de l’information (CGI) continuera de superviser l’élaboration et le maintien de la stratégie de gestion de l’information pour répondre aux besoins des membres de l’Alliance et encadrer le système de santé apprenant. Le CGI sera aussi responsable de faire le suivi et d’offrir de l’accompagnement relativement à BIRT, aux DMÉ, à la confidentialité, aux normes concernant les données, à la qualité des données, aux spécifications techniques, et au développement des TI.

Équipes de soins primaires

Un système de santé apprenant ne peut être dirigé par la haute direction. Il faut du personnel de première ligne motivé et dévoué qui participera à l’apprentissage et à l’échange de connaissances ainsi que du personnel qui mettra en application et qui évaluera des outils et des démarches. Les équipes de soins primaires, les cliniciens et d’autres fournisseurs de soins de santé nous exprimeront ce qui leur importe. Ils poseront des questions auxquelles le système de santé apprenant pourra aider à répondre et ils recevront une rétroaction et des idées qu’ils pourront intégrer aux soins qu’ils assurent.

Équipes de promotion de la santé et de développement communautaire

Les membres du personnel qui font du développement communautaire, de la promotion de la santé et du travail de proximité possèdent des connaissances et des liens communautaires indispensables. Ils peuvent favoriser la participation des clients dans des projets de recherche, cerner des priorités en matière de recherche pour les clients et les communautés, et présenter les résultats des recherches aux communautés de manière accessible. Comme leurs pairs des équipes de soins primaires, ils peuvent participer à des activités d’amélioration de la qualité qui reposent sur des données sur la santé de la population, des données sociodémographiques et des données fondées sur les pratiques; ils peuvent aussi améliorer la compréhension de l’équipe des données grâce à leurs connaissances des expériences vécues par des personnes.

Dirigeants

Les dirigeants peuvent participer en favorisant la curiosité ainsi qu’une croissance et un apprentissage continus. En tant que leaders au sein de leur équipe, ils doivent adopter cette vision et l’appliquer, notamment en accordant du temps et un espace au personnel pour participer aux activités du système de santé apprenant comme la recherche et l’amélioration de la qualité. Ils devront aussi collaborer avec leurs équipes, les spécialistes régionaux au soutien à la prise de décisions, les coordinateurs de la gestion des données, les gestionnaires cliniques, les clients et les partenaires du système pour déterminer les besoins et les possibilités et pour évaluer l’efficacité de chaque changement. Ces changements peuvent nécessiter des modifications à la façon de faire, mais ils donnent lieu à des soins plus efficaces, plus sécuritaires et de meilleure qualité, et nos organisations membres deviendront de meilleurs endroits où travailler.   

Clients, aidants et membres de la communauté

Pour améliorer l’équité, la recherche doit être pertinente aux besoins de la communauté. Les clients, les aidants et les membres de la communauté seront sollicités tout au long du cycle d’apprentissage pour que nous puissions mieux comprendre leurs expériences, au sein et à l’extérieur du système de santé, et la façon dont les soins qu’ils reçoivent doivent être adaptés selon ces expériences. Les clients pourront nous aider à déterminer des moyens d’évaluer ce qui leur importe et de communiquer des résultats de recherches et des récits sur des améliorations de manière accessible.

Réseaux d’apprentissage fondé sur la pratique

Les cliniciens et les autres fournisseurs peuvent participer au système de santé apprenant de diverses façons. Par exemple, ils peuvent souhaiter participer à un réseau d’apprentissage fondé sur la pratique, soit un groupe de cliniciens de soins de santé primaires et d’autres fournisseurs qui collaborent pour répondre à des questions concernant les soins de santé communautaire et faciliter la mise en application de la recherche. À l’automne 2020, l’Alliance a lancé un tel réseau, créé par le comité ACTE, dans le but qu’il soit une source d’apprentissage et d’amélioration pour les établissements membres de l’Alliance et les équipes Santé Ontario (ÉSO). Ce réseau est un de sept dans la province, qui ensemble forment le réseau d’apprentissage POPLAR, un « réseau de réseaux » qui facilite les partenariats de recherche et le couplage de données intersectorielles sur les soins primaires à l’échelle provinciale.

Ces réseaux d’apprentissage fondé sur la pratique en Ontario utilisent les données des clients pour cerner les besoins, évaluer l’impact des interventions et communiquer ces informations aux ÉSO partenaires ainsi qu’à d’autres instances.   

Le réseau d’apprentissage de l’Alliance exhortera les ÉSO à étayer la prise de décisions sur des données tenant compte des personnes marginalisées ou qui vivent des situations sociales ou cliniques complexes, et à recueillir des données sur les déterminants de la santé. L’équité sera alors à l’avant-plan lors de la détermination des besoins ou de l’évaluation des interventions.

health