Language switcher

Social Icons

Text Resize

Premier rapport du Conseil du premier ministre sur l’amélioration des soins de santé et l’élimination de la médecine de couloir

L’Alliance pour des communautés en santé accueille avec satisfaction le premier rapport du Conseil du premier ministre sur l’amélioration des soins de santé et l’élimination de la médecine de couloir. 

Une coalition regroupant une centaine de centres de santé communautaires, de cliniques dirigées par du personnel infirmier praticien, de centres d’accès aux services de santé pour les Autochtones et d’équipes de santé familiale régies par la communauté, nous sommes la voix de l’Ontario en faveur de l’équité en santé grâce à des soins primaires complets régis par la communauté.

« Il est judicieux de mettre l’accent non plus sur les hôpitaux et les établissements, mais bien sur les patients et les communautés », a déclaré Adrianna Tetley, PDG de l’Alliance pour des communautés en santé. « Nous sommes heureux d’appuyer le mouvement énoncé dans ce rapport vers un accès équitable aux soins de santé dans diverses communautés; l’accent mis sur la santé mentale, la promotion de la santé, la prévention et les déterminants de la santé; ainsi que les ressources locales globales et les transitions harmonieuses qui donnent la priorité aux patients. »

Dans son premier rapport, le Conseil soutient en particulier les orientations suivantes :

  • Soins primaires dans la communauté : Les données corroborent la conclusion du Conseil selon laquelle « trop de patients se rendent à l’hôpital pour des pathologies qui pourraient être traitées dans des établissements de soins primaires ou communautaires, ou même faire l’objet d’une prévention. » S’éloigner des couloirs des hôpitaux pour se tourner vers la communauté fournit le type de soins de santé que le rapport du Conseil appelle « recentrés sur la qualité, au lieu de sur les coûts élevés ».
  • Accès équitable aux soins de santé : Les résultats en santé et en mortalité des Ontariens varient en fonction de facteurs comme la géographie, l’identité de genre, l’orientation sexuelle, la racialisation, la langue et le statut socioéconomique. Nous sommes heureux de constater que le rapport du Conseil reconnaît la nécessité de cibler directement les solutions selon chaque communauté et « tiendra compte des besoins de soins particuliers et des différences culturelles des diverses populations de la province, y compris des Autochtones et des francophones. » Nous continuerons d’insister sur l’importance de prendre des mesures pour répondre aux besoins intersectoriels en matière de santé et de services sociaux des personnes et des communautés racialisées, LGBTQ et des nouveaux arrivants.
  • Santé mentale, promotion de la santé, prévention et déterminants de la santé : Les professionnels de la santé communautaire conviennent que les soins complets, globaux et axés sur le patient, devraient prendre en compte la santé mentale et « tenir compte de l’incidence des déterminants sociaux de la santé et offrir des interventions en santé plus proactives. »
  • Coordination des soins : Nous partageons la frustration du Conseil face à « la séparation entre le rôle de coordinateur et les soins de première ligne. » Les membres de l’Alliance sont prêts à intégrer la coordination des soins et la prescription sociale dans les soins primaires, et à favoriser des transitions bienveillantes et efficaces avec des technologies appropriées, afin de soutenir les personnes tout au long de leurs interactions avec les systèmes de services de santé et les services sociaux.
  • Prestation de services de santé intégrés : Grâce à des partenariats locaux novateurs tels que « Améliorer l’accès aux soins en équipe » (liens entre les médecins non-membres d’une équipe et les équipes interprofessionnelles de soins primaires) pour les clients aux besoins les plus complexes, en particulier en matière de soins de santé mentale et de lutte contre les dépendances – et la prescription sociale (mettre en contact les patients avec des services autres que des services de santé qui favorisent la santé et le bien-être tout en réduisant le recours au système de santé), l’Alliance pour des communautés en santé ouvre la voie à ce que le rapport du Conseil appelle des « exemples d’innovation » et la « collaboration harmonieuse entre équipes pour offrir des services globaux à des patients aux besoins complexes. »

Alors que le Conseil aborde son deuxième rapport et formule des recommandations concernant l’avenir du système de santé de l’Ontario, voici deux principes essentiels à prendre en compte :

  • La capacité communautaire actuelle est à la fois forte et flexible : Les soins primaires, la santé mentale et les dépendances et les services communautaires ont déjà la capacité de jouer un rôle accru dans les services communautaires, les soins primaires, la prévention et les déterminants de la santé dans la gamme de services de santé de l’Ontario. Des investissements modestes ciblant les résidents de l’Ontario qui se heurtent aux plus grands obstacles à la santé et au bien-être peuvent étayer ce changement nécessaire dans notre environnement de santé publique existant.
  • La planification basée sur les besoins de la population et la reddition de comptes doivent faire passer les services et les résultats en santé avant la structure et la rationalisation : Partout au Canada, les efforts déployés par d’autres provinces pour régionaliser les systèmes de santé sans intégrer les services au préalable ont échoué. C’est pourquoi l’intégration des services doit précéder l’intégration de la gouvernance afin de garantir que toute consolidation ait lieu dans une direction appropriée et adaptée au contexte local. L’Ontario doit miser sur la bonne volonté et l’énergie des professionnels de la santé de première ligne pour développer les partenariats locaux qui donnent la priorité à la reddition de comptes en ce qui concerne les résultats en santé des patients et de communautés entières – et non d’établissements, de professionnels ou de maladies uniques.

« L’Alliance pour des communautés en santé continuera à interpeller ce gouvernement pour veiller à ce que l’équité en santé, la gouvernance communautaire et les soins primaires complets soient représentés dans les solutions proposées dans le prochain rapport », a déclaré Adrianna Tetley. « Nous devons tous travailler ensemble pour transformer notre système de santé en mettant à l’avant-plan les individus et les collectivités. »

Demandes de renseignements des médias :
Oleksandra Budna
647-278-7926; oleksandra.budna@allianceON.org

Jeudi, Janvier 31, 2019