Language switcher

Social Icons

Text Resize

Déclaration du conseil d’administration de l’Alliance sur les mesures urgentes requises pour garantir l’accès à l’eau potable à toutes les communautés des Premières Nations et des Inuits

Les communautés autochtones doivent avoir accès à de l’eau potable MAINTENANT.   Joignez-vous à l’appel urgent lancé au gouvernement fédéral pour qu’il tienne sa promesse de garantir l’accès à l’eau potable à toutes les communautés autochtones en 2021. Des vies en dépendent

L’Alliance pour des communautés en santé est solidaire avec les peuples autochtones du Canada et exhorte le gouvernement fédéral à prendre des mesures urgentes pour assurer l’accès à de l’eau potable à toutes les communautés des Premières Nations et des Inuits. Elle demande les mesures suivantes :   

  1. Que le gouvernement fédéral fasse les investissements nécessaires et agisse rapidement afin de lever tous les avis d’ébullition d’eau au pays;
  2. Que les dirigeants fédéraux établissent des politiques pour donner un plus grand contrôle concernant l’eau aux Premières Nations afin de promouvoir les droits des peuples autochtones à l’autonomie gouvernementale et à l’autodétermination et d’assurer un approvisionnement durable en eau potable dans leurs communautés.

Il doit donc s’en suivre un accès continu à de l’eau potable maintenant et à l’avenir pour toutes les communautés des Premières Nations et des Inuits.  

Le mois dernier, la Première Nation de Neskantaga fut l’objet de nombreux reportages dans les médias lorsque tous les résidents de la communauté ont été obligés d’évacuer leur domicile à cause d’une contamination de leur réservoir d’eau. Ce récit est un des nombreux exemples des effets dévastateurs de la colonisation qui sont encore ressentis par les communautés autochtones au Canada. La situation d’urgence dans la Première Nation de Neskantaga ne date pas d’hier. Cette communauté du nord-ouest de l’Ontario est soumise à un avis d’ébullition de l’eau depuis 25 ans. Il s’agit d’une des nombreuses communautés autochtones de l’Île de la Tortue sans accès à un élément de première nécessité que de nombreuses personnes tiennent pour acquis. Selon le Conseil des Canadiens, en tout temps, plus de 100 avis d’ébullition touchent les Premières Nations au Canada.

En tant que réseau exhaustif de fournisseurs de soins de santé primaires, nous savons que l’eau potable est essentielle au maintien de la santé et du bien-être. Cela est d’autant plus vrai pendant la crise de la COVID-19 puisque l’eau potable et l’assainissement sont indispensables à la prévention de la propagation du virus. Le manque d’accès à l’eau potable dans les communautés des Premières Nations et des Inuits enfreint aux droits de la personne reconnus par les Nations Unies et aux droits des peuples autochtones. Il s’agit également d’une crise de santé publique. Le nombre de cas de COVID-19 est à la hausse et l’accès à de l’eau potable dans toutes les communautés des Premières Nations et des Inuits est primordial pour composer avec la pandémie et assurer un rétablissement dynamique dans chaque communauté.

En 2015, le premier ministre Trudeau, alors nouvellement élu, avait promis d’éliminer les avis à long terme d’ébullition de l’eau d’ici mars 2021. Selon le site Web du gouvernement du Canada, 97 avis ont été levés depuis 2015 et 59 avis demeurent en vigueur. Ce nombre n’inclut pas les avis à court et à moyen terme d’ébullition de l’eau.

L’énoncé économique de l’automne 2020 publié le 30 novembre comprend des investissements additionnels pour le financement de l’infrastructure pour l’eau et les eaux usées dans les communautés des Premières Nations. Ces investissements représentent un pas dans la bonne direction, mais ils ne sont pas suffisants, surtout après un autre engagement rompu. Nous sommes déçus par l’annonce du gouvernement fédéral qu’il ne pourra respecter son engagement et nous sommes préoccupés qu’aucun échéancier ne soit établi pour la levée de tous les avis concernant l’eau potable. Le manque d’empressement pour le respect d’un droit humain fondamental serait inacceptable dans les autres communautés du Canada et serait considéré comme un échec du leadership fédéral.

L’Alliance exhorte le gouvernement fédéral à respecter sa promesse aux peuples autochtones du Canada et à accélérer les travaux pour garantir un accès à de l’eau potable à toutes les communautés des Premières Nations et des Inuits. Il est impératif que le premier ministre et le gouvernement assument leurs responsabilités pour remplir cette promesse incontournable à la réconciliation, et que le gouvernement publie un plan et un échéancier définissant clairement les travaux qui seront mis en œuvre pour assurer que toutes les communautés des Premières Nations et des Inuits aient accès à un approvisionnement durable en eau potable en 2021. Il est tout simplement inacceptable de retarder ces travaux.

Le gouvernement fédéral et le premier ministre ont déclaré à maintes reprises que l’accès à l’eau potable est essentiel à la réconciliation et à la lutte contre les séquelles du colonialisme au Canada, ainsi qu’au respect de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones. C’est le moment de tenir parole. Des vies en dépendent.

Cette déclaration est publiée par le conseil d’administration de l’Alliance pour des communautés en santé, qui représente un réseau dynamique d’organismes de soins primaires régis par la communauté et qui comprend des centres d’accès aux services de santé pour les Autochtones, des centres autochtones de santé communautaire et des équipes interprofessionnelles de soins primaires pour les Autochtones régis par les Autochtones. Nous collaborons également avec le Conseil des services de santé de première ligne aux Autochtones afin d’établir une relation d’alliés et d’appuyer leur vision de la santé autochtone entre les mains des Autochtones.

 

Vendredi, Décembre 4, 2020
health